« Femmes de réconfort » : la plaie toujours béante entre Tokyo et Séoul

DIPLOMATIE – Le dossier continue d’empoisonner les relations entre le Japon et la Corée du Sud. Séoul attend toujours des excuses officielles et l’indemnisation par Tokyo des « femmes de réconfort », ces jeunes Sud-Coréennes « recrutées » de force pour être les prostituées des soldats nippons durant la Seconde Guerre mondiale. La question est brûlante dans toute l’Asie, où des jeunes femmes furent aussi enrôlées en Chine, aux Philippines, en ancienne Indochine, en Birmanie, en Indonésie (à l’époque les Indes néérlandaises), à Singapour et également au Japon.

Entre Tokyo et Séoul, les discussions entre les deux Etats ont repris à la fin de l’automne. Quels sont les enjeux de part et d’autre ? Comment comprendre les réticences du Japon ? Entretien avec Christine Levy, maître de conférence à l’Université Bordeaux-Montaigne.

À lire sur Asialyst.com.

Advertisements